Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Actualités

29.05.2016

Une approche intégrée des paiements internationaux

Il est devenu essentiel de donner des informations à chaque étape du processus de transaction pour améliorer l'expérience client et instaurer la confiance.

De plus en plus, les professionnels de la trésorerie et de la finance attendent un niveau d'intégration, de transparence et de transformation comparable dans le cadre de leurs opérations bancaires, qu'ils achètent ou vendent à l'échelle nationale ou internationale.

La prochaine étape en matière d'efficacité de paiement

En matière de paiement et d'encaissement, la recherche d'efficacité n'a rien de nouveau. De nombreuses entreprises ont déjà atteint un haut niveau de visibilité, de contrôle et d'efficacité dans leurs processus de paiement et d'encaissement. Non seulement l'utilisation d'instruments et de processus de paiement électronique est désormais répandue, mais les trésoriers et les directeurs financiers recourent également avec succès à la réconciliation automatique et l'imputation au compte, à des flux centralisés par le biais d'usines de paiement/encaissement et à des techniques efficaces, telles que les « paiements pour le compte de » (POBO) et les « encaissements au nom de » (COBO). Ces solutions permettent aux entreprises de toutes tailles et situées dans toutes les juridictions de rationaliser et d'automatiser leurs paiements et encaissements à l'échelle régionale ou mondiale, ainsi que de réduire le nombre de comptes sur lesquels elles opèrent.

Cependant, pour de nombreuses entreprises actives à l'échelle internationale, l'élément final qui fait encore défaut au processus de transaction, c'est la composante de change (FX).

En fonction de leur secteur et de leur modèle commercial, la plupart des entreprises doivent payer et/ou recevoir de l'argent dans plusieurs devises. Elles doivent dès lors disposer de comptes libellés dans différentes devises et sont soumises au risque de change. Les trésoriers peuvent choisir de gérer séparément le risque de change sur le marché des changes, mais cette option n'est généralement ouverte qu'aux trésoreries disposant des systèmes et ressources nécessaires et/ou aux devises pour lesquelles les expositions sont importantes.

Dans certains cas, il sera plus difficile de disposer de comptes courants centralisés en raison des réglementations relatives aux devises. Pour les devises moins exposées et pour les ‘fonctions de trésorerie’ plus petites, il n'est pas efficace – vu les coûts et les risques - de gérer ces expositions séparément. Les trésoriers recherchent dès lors des solutions intégrées permettant d'étendre l'efficacité de paiement et d'encaissement qu'ils obtiennent pour les opérations nationales aux opérations transfrontalières et en devises croisées, tout en gérant le risque de change.

Combiner des capacités de premier ordre sur le marché

Pour BNP Paribas, en tant que leader du marché dans les domaines du marché des changes et des opérations bancaires, il était devenu évident qu'il fallait combiner ces deux capacités en intégrant la solution de change transactionnelle de Global Markets, FX+, dans les solutions de paiement et de gestion de trésorerie.

Wim Grosemans, du centre de compétence de BNP Paribas Cash Management :

« Nous pouvons désormais satisfaire aux exigences des clients en matière de paiement et d'encaissement en devises internationales en convertissant les flux de devises étrangères automatiquement. Notre solution de paiement en devises croisées est déjà à la disposition des clients dans 12 pays d'Asie, dans 6 centres commerciaux du Moyen-Orient et dans 14 pays européens, couvrant 132 devises, le reste de l'Europe et l'Amérique du Nord devant suivre au cours des deux prochaines années.

En intégrant la gestion des risques de change à un paiement sortant ou entrant, les paiements en devises croisées réduisent le fardeau administratif et le coût du maintien de plusieurs comptes en devises étrangères et réduisent les risques de change auxquels l'entreprise serait autrement exposée. Les clients bénéficient d'un traitement automatisé, transparent et vérifiable des opérations de bout en bout, de l'exécution à la conversion et à la réconciliation de devises étrangères. »

Les paiements en devises croisées dans la pratique

Les clients sont très demandeurs des solutions de paiements en devises croisées de BNP Paribas. Ces clients vont de grandes entreprises multinationales (EMN) qui établissent des usines de paiement à l'échelle régionale ou mondiale et qui peuvent inclure des POBO, aux petites et moyennes entreprises.

Wim Grosemans : « Lorsque nous avons lancé la solution de paiements en devises croisées de BNP Paribas, nous nous attendions à ce que les grandes multinationales aient moins besoin de solutions intégrées de paiement et d'encaissement en devises croisées que les petites ou moyennes entreprises ou que ceux qui ne disposent pas d'une ‘fonction de trésorerie’ sophistiquée. Cependant, nous nous sommes rendu compte que les trésoriers des multinationales étant des experts dans la quantification des risques, du coût de leur gestion en interne et de la valeur de l'intégration et de l'automatisation, ils se sont montrés très intéressés par les avantages des paiements en devises croisées. Ces clients sont actifs dans des secteurs aussi divers que le transport maritime, la production, les voyages et la vente au détail.

Bien que la solution s'applique également aux encaissements, les entreprises connaissant un volume important de paiements et d'encaissements dans une monnaie déterminée sont susceptibles de préférer un compte en devises réservé à la gestion de cette monnaie. Les encaissements en devises croisées conviennent parfaitement aux entreprises qui reçoivent des paiements dans une devise spécifique mais n'ont pas de passif compensatoire dans cette devise, qui reçoivent un petit nombre de paiements ou de faibles montants dans une devise particulière ou qui reçoivent des paiements à des intervalles imprévisibles ou de façon inattendue. »

Actualités

03.07.2020

La banque investit dans un fonds universitaire européen

BNP Paribas Fortis Private Equity investit dans le fonds « VIVES Inter-University Fund », un fonds universitaire européen créé par l’UCLouvain via sa société de transfert de technologies, Sopartec. Ce fonds pourra investir dans des spin-offs issues de cinq universités de rang mondial. L’objectif de ce fonds est d’accélérer la recherche au profit de toutes et tous, soit transformer les résultats de la recherche scientifique européenne de pointe en projet entrepreneurial à haut potentiel avec un fort impact sociétal.

Aux côtés d’autres investisseurs, BNP Paribas Fortis Private Equity investit ainsi dans ce fonds doté de 32 millions d’euros, et dont l’objectif est d’atteindre les 50 millions.

« L’investissement dans le VIVES Inter-University Fund s’inscrit pleinement dans l’implication active que BNP Paribas Fortis souhaite démontrer dans des initiatives liées à l’université.  Pas seulement pour générer des opportunités cross-sell, mais aussi pour renforcer notre image en tant que moteur d’innovation et d’entrepreneuriat dans le paysage économique belge », précise Mireille Kielemoes, Managing Director Private Equity de BNP Paribas Fortis.

Découvrez-en plus sur VIVES Inter-University Fund dans le communiqué de presse FR / EN

Actualités

01.07.2020

Le marché du travail chamboulé par la pandémie

Le coronavirus a changé la manière dont nous vivons, mais aussi dont nous travaillons. Arne Maes,  Economic Advisor, met le curseur sur le travail dans le dernier billet publié sur le blog de Koen De Leus.

Télétravail, chômage temporaire, visioconférence… la crise sanitaire a rapidement et radicalement changé notre manière de travailler. A court ou à long terme ? C’est ce qu’analyse Arne Maes, Economic Advisor, sur le blog de Koen De Leus en comparant les chiffres du télétravail avant, pendant et après la crise et en mesurant et estimant la baisse du chômage temporaire. 

Découvrez « La traversée du désert du marché du travail » sur le blog de Koen De Leus.

Actualités

25.06.2020

La Belgique relance son économie. Et si le virus reprend ?

La Belgique a perdu une place à l’indice Futureproof et sa relance économique dépend aussi du risque d’une deuxième vague. Koen De Leus Chief Economist de BNP Paribas Fortis, analyse ces éléments dans ses deux derniers billets sur son blog. 

Avec la crise économique, financière et sanitaire actuelle, la Belgique accuse le coup, comme beaucoup d’autres économies qui dépendent de la mondialisation. Notre pays a d’ailleurs perdu une place à l’indice FutureProof qui mesure la performance dans quatre domaines : productivité, marché du travail, pouvoirs publics et environnement général. La Belgique recule ainsi de la 15e à la 16e place sur les 27 pays de l’UE. Sur son blog, Koen De Leus, Chief Economist de BNP Paribas Fortis, analyse les raisons de ce basculement et incite à « profiter » de la crise pour améliorer l’indice à long terme. 

La crise du coronavirus a bien évidemment un rôle dans tout cela, et la relance économique du pays dépendra donc aussi du risque d’une deuxième vague de contamination. Un nouveau confinement mettrait à nouveau à mal l’économie belge. Immunité collective, taux de reproduction, distanciation… tous ces éléments ont un rôle à jouer comme le précise toujours Koen De Leus dans un autre billet sur son blog.

Découvrez le blog de Koen De Leus

Actualités

23.06.2020

Quelles perspectives économiques pour le second semestre ?

Koen De Leus,  Chief Economist, et Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer de BNP Paribas Fortis, présentent leur vision macroéconomique pour les six prochains mois. 

Si l’épidémie n’est pas encore totalement derrière nous, le monde, l’Europe et la Belgique ont déjà entamé leur déconfinement faisant apparaitre l’ampleur de la crise. La Belgique est, avec la France, l’Espagne et l’Italie, un des pays les plus touchés.

Koen De Leus,  Chief Economist, et Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer de BNP Paribas Fortis, présentent leur vision macroéconomique pour le second semestre 2020 et expliquent également comment celle-ci se traduit dans la stratégie de placement de BNP Paribas Fortis.

Comment se dessinent la politique mondiale et belge de riposte économique au COVID-19, comment a évolué et évoluera la Bourse, les matières premières et les devises, comment pourrait s’amorcer la reprise à court comme long terme… ?

Découvrez-en plus dans le communiqué de presse

Actualités

See all news

Discover More

Top